dimanche 21 mai 2017

Voilà l'AOP Maine-Anjou mariée avec les vins d'Anjou

Nous étions invités à Chalonnes sur Loire par nos confrères des vins d'Anjou au mariage très officiel de notre viande et des vins d'Anjou.
C'était une belle manifestation sympathique avec un nombreux public venu faire ses emplettes. Le stand a bien vendu et nous allons probablement souscrire un abonnement à cette foire qui se tient au bord de la Loire.
Bien sûr que tout ces vignerons qui viennent valoriser leur production nous inspirent dans la construction de notre réseau de producteurs fermiers de viande AOP Maine-Anjou.
On revient aussi avec le sentiment que nous avons des choses à améliorer mais on y travaille.

lundi 1 mai 2017

CAMBREMER 2017

Nous avons participé ce WE au festival des AOP de Normandie à Cambremer. Nous participons à cette manifestation depuis de nombreuses années et depuis quelques années avec du produit à vendre. C'est un beau rendez-vous, centré sur le concept de l'AOP avec un public très agréable. Nous avons fait une bonne foire, nous n'avions que des produits élaborés en présentation mais nous avons fait une bonne vente et nous étions tout content Dimanche soir. Nous sommes déjà en train de penser à une édition future avec une présentation encore plus jolie.
Plusieurs membres du réseau étaient sur d'autres manifestations, c'est un plaisir de donner de l'énergie dans un groupe où chacun s'active. Les chiffres d'Avril devraient être bons et nous attaquons Mai-Juin avec quelques belles animations programmées. Le projet se consolide petit à petit avec à chaque petite étape de nouvelles perspectives.

vendredi 14 avril 2017

Belle vente à la Station, mais...

Nous avons fait une très belle vente à la station avec une moyenne à plus de 3 100 € ce qui est notre record absolu depuis l'ouverture de la Station. Une nouvelle fois on a pu noter une demande très ferme pour les jeunes taureaux non-porteurs. 
C'est une belle éclaircie pour la race on ne doit cependant pas oublier de poser les problèmes de fond et ce matin, endossant ma casquette de membre du comité National de l'INAO j'ai adressé ce mail à Pascal CELLIER délégué territorial de l'INAO.

Voici vraiment une bonne illustration de la situation actuelle de l’AOP :

  • On parle de l’AOP dans le titre de l’article
  • Je suis président de la coopérative qui est censée vendre l’AOP mais dont le site web fait la publicité de la Rouge des Prés :  http://www.dry-aged.fr/les-races.html
  • Venez chez moi acheter de la viande non AOP mais que je valorise mieux qu’en AOP.

La confusion est totale, personne ne se souvient des fondamentaux de l’AOP, tout le monde est content de pouvoir brandir l’AOP sans en avoir les contraintes ! Je ne pas sûr que l’ODG soit demandeur d’une réflexion je pense qu’au moins au titre de membre du comité National je dois essayer d’alerter les services.

Il nous faut remettre le projet AOP sur la table de travail, peut-être modifier le cahier des charges pour permettre aux éleveurs indépendants de profiter du signe de qualité... Il faut rebâtir un collectif autour du projet faute de quoi le bel enthousiasme des éleveurs à la vente va être confronté à des réalités très difficiles car l'entreprise collective ne résistera aux ambiguïtés qui règnent actuellement.

dimanche 9 avril 2017

On avance...

Nous essayons de défendre l'idée que l'AOP n'a de sens que dans des circuits de distribution très spécifiques, réseau de points de vente en ferme, corner de vente, magasins de proximité et restaurants haut de gamme.
La grande distribution ne nous apportera rien, après de nombreuses expériences qui ont eu de l'intérêt à un moment donné nous en sommes aujourd'hui convaincus. C'est un travail long et difficile qui nécessite une organisation bien particulière. A titre d'exemple, la fourniture d'un restaurant oblige pratiquement à mettre en oeuvre une demie carcasse pour de 10 à 30 kg au restaurant tandis qu'il faudra valoriser dans d'autres circuits 40 kg de steaks et de rôtis et 80 kg de minerai à transformer. C'est pourquoi malgré notre progression constante, on avance pas à pas.
Un bel exemple de notre travail L'auberge-de-bagatelle.

mercredi 5 avril 2017

Chiffres de Mars

On continue d'avancer et nous avons pratiquement doublé notre chiffre sur les 3 premiers mois de l'année. La maquette de filière organisée fonctionne donc correctement.
Bien sûr chaque pas en avant met en lumière une nouvelle difficulté, quand passer à 3 abattages toutes les deux semaines ? Qui va nous faire un étiquetage poids prix ? Comment aller vers de nouveaux clients ?
Sans oublier la recherche de la cohésion de groupe pour que le collectif AOP¨Maine-Anjou se reconstruise et rentre à nouveau dans une dynamique du type Noir de Bigorre.

mardi 21 mars 2017

INAO

Hier j'ai participé à ma première réunion du conseil permanent de l'INAO. Le conseil permanent est en quelque sorte le conseil d'administration de l'INAO, il réunit le président et quelques membres de chaque comité.
Je suis honoré de ma récente nomination et en même temps un peu embarrassé, honoré de serrer la main du président des vins de Bordeaux d'égal à égal et conscient de la distance qui nous sépare. Je suis là "in titu personae" selon la formule consacrée mais très gêné de venir d'une AOP qui est vraiment à la peine aujourd'hui.
Vendredi en réunion de bureau je proposerais divers projets d'audit dont l'objet est de faire prendre conscience aux éleveurs des grandes difficultés actuelles et d'essayer de leur faire dire ce qu'il veulent pour l'avenir. Il restera ensuite à mettre les moyens en face pour avancer à nouveau.

vendredi 10 mars 2017

AOP or not AOP

J'ai lu dans la presse avec le plus vif intérêt un témoignage d'éleveur qui vantait les mérites de l'AOP Maine-Anjou. Cet article a l'air promotionnel. A moi, et sans doute seulement à moi seul il pose problème.
En effet la viande dont il est question n'est pas AOP parce que l'abattage n'a pas été effectué dans un abattoir habilité et qu'il n'y a pas eu de procédure d'agrément carcasse. Il s'agit donc au sens de la réglementation d'un cas d'usurpation de notoriété.
Nous ne reconstruirons l'AOP que si nous adoptons des règles communes qui prennent en compte tous les aspects du cahier des charges et pas seulement les règles d'élevage. Les AOP ne peuvent fonctionner que dans un cadre collectif et pas dans le contexte d'addition d'intérêts particuliers.
Le rappel des règles d'utilisation de l'AOP est urgent, peut-être l'étiquetage commun serait un pas vers une AOP efficiente qui ne soit pas qu'une démarche de façade.